« Ils ne connaissent pas la honte »

par Massinissa Boumama

 

Ce texte est une réponse à celui du président de l’association « Aux captifs de la libération » , intitulé « Loi anti prostitution une vraie chance de s’en sortir », et paru sur aleteia.org2. Conscient d’une d’une critique trop souvent émise à l’encontre des militant.e.s travailleurs/ses du sexe ayant accès à la parole publique, précisons d’emblée quelques points : je suis travailleur du sexe exerçant dans la rue. Je tapine depuis très jeune (demandez à vos militant.e.s à quel âge ils ont rencontré Massi pour la première fois), je suis migrant algérien, séropositif, et pédé. Evitez donc, à la lecture de ce texte, et pour le critiquer ensuite, les arguments tels que « il ne connaît pas la réalité du milieu »« il ne peut pas prendre du recul sur sa situation car il la vit au quotidien »« il ment car il est maqué», « il n’a pas pu écrire ce texte, cela vient sûrement d’un-e bourgeoise du STRASS ». Ou alors, préféreriez-vous utiliser la dernière carte qui vous reste – « c’est un homme ! » – malgré tout ce qui prouve que la vie que j’ai, n’a rien à voir avec la vôtre, celle de Patric Jean, ou de…Najat Vallaud-Belkacem, et autres femmes abolitionnistes aisées.

Afin, de répondre à votre texte, je contextualiserai mon propos en expliquant mon rapport et avec votre association (I). J’aborderai ensuite la question du choix et les déni des inégalités socio-économiques dont votre propos fait preuve (II), ainsi que l’hypocrite débat sur la représentativité des travailleurs et travailleuses du sexe militant-e-s auquel vous prenez part (III). Enfin, il s’agira de montrer les limites des réinsertions et régularisations que vous vantez en toute ignorance des réalités du contexte migratoire restrictif en France (IV).

 

lire la suite sur le blog du Nègre inverti

Publicités

Quel genre d’abolitionniste êtes-vous ?

par Thierry Schaffauser

  

1)      Quelle est votre association préférée ?

A-     Osez le Féminisme

B-      ZéroMacho

C-      Mémoire traumatique et victimologie

D-     Mouvement du Nid

 

2)      Pour vous, le meilleur média militant, c’est ?

A-     Le porte-parolat du gouvernement

B-      Un vidéo clip de fiction pseudo réaliste

C-      Une conférence sur les violences faite aux femmes

D-     Votre blog et Twitter

 

3)      Vous êtes toujours à l’affût pour ?

A-     Un remaniement ministériel après une défaite électorale

B-      Passer à la télé pour expliquer aux dominéEs leur oppression

C-      Une nouvelle cliente euh…  patiente, recommandée par le Nid

D-     Déjouer les conspirations du lobby proxénète-prosti-tueur

 

4)      Pour protéger les prostituées le mieux c’est ?

A-     D’envoyer la police

B-      Une vidéo de sensibilisation contre l’éjaculation faciale et le sexe oral

C-      Une thérapie réparatrice et ré-éducationnelle de plusieurs années

D-     D’écrire un article sur votre blog dénonçant la mafia du sable

 

5)      Vous vous souciez des prostituées parce que ?

A-     La France n’est pas une terre d’accueil de la prostitution

B-      Le vagin, l’anus et la bouche doivent être pénétrés gratuitement

C-      Elles ne savent pas prendre soin de leur santé

D-     Vous êtes contre la manipulation du complot post-moderniste

 

6)      Quand une travailleuse du sexe prend la parole…

A-     Oui mais elle ne voudrait pas ça pour sa propre fille

B-      Une menteuse comme Ulla avant elle

C-      Elle souffre d’aliénation mentale

D-     C’est la voix des proxénètes

 

7)      Quelle est votre lecture préférée ?

A-     Le magazine Causette

B-      Charlie Hebdo

C-      Le livre noir de la souffrance traumatique des victimes aliénées par leur inconscient

D-     Le blog « sous le parapluie rouge »

 

 

 

 

Un maximum de A : Vous êtes unE abolitionniste arriviste. Pour vous, le plus important est surtout de lutter contre la prostitution pour que chacun comprenne à quel point vous êtes féministe et progressiste sans trop d’efforts. Pénaliser les clients est en effet beaucoup plus simple que de gagner de vrais acquis pour les femmes et les minorités les plus précarisées. Vous souhaitez évidemment un poste au gouvernement, mais attention, vous devez être convaincantE, car vous pourriez vous retrouver tricard du Parti Socialiste et finir au Front de Gauche ou devoir créer votre propre parti.

 

Un maximum de B : Vous êtes un abolitionniste paternaliste. Vous avez toujours eu un égo important et une forte estime de vous-même. Vous pensez que les putes et les femmes en général n’attendent que vous pour être enfin sauvées de leur vie misérable. Vous êtes bien sûr prête à leur donner des leçons de féminisme car elles ne comprennent pas toujours ce qui est bon pour elles-mêmes. Vous auriez honte d’avoir une fille prostituée, et aimez par-dessus tout sentir que c’est votre charisme inégalable qui donne envie aux femmes de faire l’amour avec vous, gratuitement bien sûr.

 

Un maximum de C : Vous êtes unE abolitionniste pathologisantE. Vous savez que pour invalider la parole des putes, il n’y a rien de mieux que d’inventer de nouvelles théories psychiatriques qui permettent de justifier leur incapacité et nécessaire mise sous tutelle. Déni, syndrome de Stockholm, dissociation, décorporalisation, peu importe s’il faut créer de nouveaux mots, tant que vous parvenez à faire passer les putes pour des folles. Vous pouvez aussi inventer de fausses études avec de faux chiffres et des amalgames, de toute façon ce que vous dites ne sera jamais vérifié.

 

Un maximum de D : Vous êtes unE abolitionniste haineuxSE. Pour vous l’abolitionnisme est une affaire très sérieuse et pas juste un moyen d’arriver à vos fins. Vous partagez entre 4 à 12 fois par jour les mêmes articles (souvent écrits par vous-mêmes) sur FB ou Twitter afin que le monde découvre enfin les dessous des lobbies des mafias mondialisées et infiltrées dans les associations de lutte contre le sida, ou des fausses prostituées qui vivent dans des banlieues chics du 93. Vous voyez des proxénètes partout et malgré cela prenez tous les risques puisque vous continuez alors que vous vous sentez fortement menacéE.